Duo flûte à bec – accordéon de concert
Vendredi 25 juillet, Chàteau de Crouseilles
20h00

 

Cette fois encore, au château de Crouseilles, la programmation musicale ne dérogera pas à sa réputation de grande originalité ! Nous accueillerons en effet, un duo inédit composé d’une flûte à bec et d’un accordéon de concert.

Musicien basé en Alsace, Marc Hervieux à la flûte à bec est aussi le créateur de l’Ensemble «Le Masque», déjà venu à Madiran lors du festival 2012. L’accordéoniste ukrainien, Bogdan Nesterenko, soliste à la Philharmonie Régionale de Kharkov, est un artiste à la recherche de nouvelles expériences musicales et se consacre presque exclusivement aux œuvres de la musique baroque, fait rare pour un accordéoniste.
Invité à jouer lors des «Rencontres Baroques» à Neuwiller en 2012, Bogdan Nesterenko a démontré avec évidence et succès que son instrument, l’accordéon, plus habitué à jouer des œuvres du 19ème siècle, pouvait très bien s’adapter à ce répertoire plus ancien. Suite à ce concert et à une volonté de jouer ensemble, Marc Hervieux et Bogdan Nesterenko ont souhaité construire un programme dans une formation nouvelle et inédite.

Semblable à un orgue dans la continuation du son et doté de dynamiques et de registres de jeux très contrastés, l’accordéon est un instrument idéal, tant pour la réalisation harmonique de la basse que pour la partie concertante d’un clavier jouée par la main droite. Evidemment, ces deux instruments - la flûte à bec et l’accordéon - ne se sont jamais rencontrés, ni à travers leur histoire, ni à travers leurs répertoires. Et pourtant ils se croisent aujourd’hui dans un programme réunissant des œuvres connues et moins connues du répertoire baroque et classique.

Passionnés par le répertoire des Nations Européennes des 17ème et 18ème siècles, ces deux musiciens joueront une sonate de Georg Friedrich Haendel pour flûte et basse concertante, une sonate de Jean-Sébastien Bach pour flûte et clavier ayant une partie écrite concertante, une version revisitée de la Follia d’Arcangelo Corelli et une suite française de Charles Dieupart, dont le caractère intimiste et nostalgique propre à cette pièce est parfaitement rendu grâce à cette formation inhabituelle.
Pour l’accordéon seul, un prélude et fugue de J.S.Bach et une des Saisons d’Antonio Vivaldi, deux pièces maîtresses du répertoire du 18ème siècle.

édition
2014